mardi 10 février 2009

Entretien pour Entreprise & Carrières

Santé au travail
L’ESC Dijon lance un certificat de management des risques psychosociaux
L’ESC Dijon vient de créer un certificat de management des risques psychosociaux. Rencontre avec Matthieu Poirot, psychologue social et professeur de management à l’ESC Dijon.

E & C : L’ESC Dijon a annoncé, le 6 février, la création d’un certificat de management des risques psychosociaux, dont vous êtes le responsable. A qui s’adresse cette formation, pour l’instant unique en France ?

M. P. : Ce programme, que nous lançons en partenariat avec le cabinet d’avocats Proskauer Rose, vise notamment à répondre aux besoins que suscite l’émergence d’une fonction de responsable du management des risques psychosociaux dans un certain nombre de grands groupes. Les publics concernés sont divers : des responsables de ressources humaines, des médecins du travail, voire des infirmières ou des assistantes sociales expérimentées, mais aussi des préventeurs internes ou externes à l’entreprise…

E & C : Comment se définit le programme ?

M. P. : Il comprend onze jours de formation répartis sur six mois. L’idée est de pouvoir accompagner des professionnels dans une approche globale des risques psychosociaux. Le programme fédère donc des psychiatres et psychologues, des médecins du travail, des experts des CHSCT, mais aussi des spécialistes du management ou du droit, dont l’avocate Béatrice Polla, ou encore l’expert Jean-Pierre Brun, intervenant sur le coût économique des risques psychosociaux. Au-delà de l’analyse des enjeux, cette formation se veut opérationnelle et susceptible d’accompagner la mise en place des projets des apprenants.Il n’existait pas, jusqu’ici, dans les entreprises, de fonction globale dédiée au management des risques psychosociaux, le dossier étant réparti entre des fonctions juridique, santé au travail, organisation…, ce qui freinait sa prise en compte. D’autre part, avec l’accord interprofessionnel de l’année dernière, les partenaires sociaux se sont accordés sur une approche commune. Ce qui permet maintenant d’avancer plus rapidement.

Propos recueillis par Guillaume Le Nagard
Entreprise & Carrières, 10/02/2009
Enregistrer un commentaire