lundi 7 mars 2016

Comment identifier et réguler efficacement la charge de travail ?



La charge de travail a un impact majeur sur notre vécu du travail, notre niveau de stress et peut induire une perte d'efficacité (voir notre observatoire du présentéisme). Les entreprises doivent l'évaluer mais le font avec d'autant moins de motivation que le concept est flou. 

Lorsque l'on évoque la notion de charge de travail, il est possible d'identifier plusieurs dimensions : 

  • la charge quantitative : ce qui peut être objectivement mesuré dans le travail (durée réelle de travail, quantité de dossiers ou d'actions, charge physique, déplacements, nombre d'emails, amplitude de disponibilité,...)
  • la charge cognitive ou mentale : la complexité de l'information cognitive à traiter et la multitudes de tâches en parallèle
  • la charge émotionnelle : l'obligation de jouer des émotions factices dans le cadre de son rôle professionnel et des différentes relations au travail

En reprenant ces différentes dimensions, il convient donc de différencier 2 évaluations complémentaires :

  1. l'évaluation objective de la charge, qui bien souvent sert à identifier le décalage éventuel entre les effectifs et les objectifs de charge. Les ETP, l'évolution des effectifs, le nombre de projets lancés en parallèle (ex: méta-planning), la sous-traitance, l'utilisation du serveur, le nombre de déplacement,... l'ensemble des données quantitatives sur les conditions de travail disent beaucoup sur cette dimension.
  2. l'évaluation subjective de la charge, qui permet d'évaluer le vécu de la charge, notamment sur les émotions positives ou négatives associées. Les effets potentiels comme le bien être, la satisfaction du travail, le taux de burn out, le niveau d'engagement, l'absentéisme et les présentéisme, disent beaucoup sur cette dimension.

-->Le croisement entre ces 2 types d'information est primordial pour comprendre la charge de travail.
-->La charge correspond à l'activité autant qu'aux effets pour la personne. 

Par ailleurs, le ressenti général de charge de travail va être modulé à la hausse ou à la baisse en fonction de 3 autres dimensions : 


La charge est vécue comme bien plus positive lorsqu'elle est associée à un bonne reconnaissance, de l'autonomie et du soutien social au travail. 

Comme vous pouvez le constater, ces dimensions sont très liées aux pratiques de management.


Comment intervenir ?

Au cabinet midori consulting, faisant suite à cette analyse, nous défendons depuis plusieurs années une approche globale dans la gestion de la charge :

  • Organisationnelle : améliorer les conditions de travail et proposer des actions de qualité de vie au travail
  • Managériale : aider les managers à développer des pratiques équilibrant bien-être des collaborateurs et efficacité du travail
  • Individuelle : proposer de la prévention tertiaire et du développement personnel permettant de booster la résilience des personnes


Expert en qualité de vie au travail, leadership et développement organisationnel 

Expert in Quality of Life at Work, Leadership and Organizational Development 


pour me suivre sur Youtube,  Facebook et sur Twitter 

Enregistrer un commentaire