vendredi 17 avril 2015

burnout : les bénéfices secondaires du surtravail

Au fur et à mesure de mes coaching avec des managers se battant avec le burnout, les personnes prennent souvent conscience que leurs comportements de surtravail correspondent également à un mécanisme de défense produisant des bénéfices secondaires. 


Quelques exemples  :


  • cela me permet de combler un vide de sens. Qu'est-ce que je ferais d'autre ? Je n'ai pas de projet de vie.
  • cela me permet de gérer ma colère liée à des blessures de vie. J'utilise mon agressivité dans le travail pour ne pas me poser la question du pardon, c'est à dire la mise à distance psychologique d'actes d'offense/d'agressions. 
  • cela me permet de me rendre indispensable, car j'ai besoin que l'on me montre en permanence des signes de reconnaissance.
  • cela me permet de réparer symboliquement mon échec scolaire (ou autre)
  • cela me permet d'écraser les autres, car je ne perçois la relation qu'au travers de la compétition.
  • cela me permet de gérer mes anxiétés; de ne plus penser aux scénarios catastrophe que je me fais. 
  • cela me permet d'être dans le plaisir de l'action car je suis accro à l'adrénaline.
  • cela me permet de calmer mon anxiété liée à un complexe d'imposture. Au fond, je ne suis pas sur de mériter ce que j'ai.
  • cela me permet d'oublier qu'à la maison, cela ne se passe pas très bien.
  • cela me permet de m'étourdir, pour ne pas penser un deuil difficile.
  • cela me permet de me punir car j'ai le sentiment d'avoir fauté.

....

et vous, avez-vous des bénéfices secondaires au surtravail ? 



Matthieu Poirot

Expert en qualité de vie au travail, leadership et développement organisationnel 

Expert in Quality of Life at Work, Leadership and Organizational Development 



pour me suivre sur Youtube,  Facebook et sur Twitter 


©Matthieu Poirot, 2015
Enregistrer un commentaire