vendredi 14 septembre 2012

A quel rythme travailler les risques psychosociaux (RPS) au sein du CHSCT ?

La prévention des risques psychosociaux est devenue un enjeu central pour les CHSCT. Ils doivent donc y consacrer un temps important. Voici une question qui m'est régulièrement posée par les membres du CHSCT: a quel rythme travailler ce sujet ? Modestement, voici mon conseil :

1 fois tous les 2 mois, 2 heures max. 


  • discuter des différentes remontés de terrain. Identifier les signaux "faibles" et les tracer dans le PV de CHSCT.
  • évaluer le degré de mise en place du plan de prévention. En identifier les obstacles et comment les contourner.
  • faire la mise à jour du DUER.
  • faire un REX sur les situations difficiles. En fonction, redéfinir les procédures de gestion des situations difficiles.
  • Recevoir des "invités" (experts,acteurs de la santé,...).

2 fois par an; 1 journée, en dehors de l'entreprise (ça peut paraître surprenant, mais c'est bien mieux ).


  • définir un diagnostic de la situation, idéalement à partir d'une analyse de synthèse des différentes informations disponibles dans l'entreprise (bilan social, DUER, comptes rendus de CHSCT,...). 
  • définir les facteurs de risque devant prioritairement être travaillés.
  • discuter spécifiquement de la coopération au sein du CHSCT et de la qualité du dialogue social. 
  • faire une comparaison des bonnes pratiques, avec d'autres entreprises. Par exemple, faire venir des grands témoins.

Matthieu Poirot

Expert en qualité de vie au travail, leadership et développement organisationnel 

Expert in Quality of Life at Work, Leadership and Organizational Development 


pour me suivre sur Youtube,  Facebook et sur Twitter 

©Matthieu Poirot,2007-2016.

Enregistrer un commentaire