lundi 27 septembre 2010

L’influence de la culture sur le sentiment de bien être et de bonheur.

Les conceptions individuelles et collectives de soi procurent des bases différentes pour le sentiment de bien être et de Bonheur. De très nombreuses recherches ont comparé l’Ouest (Europe et Etats Unis) aux sociétés asiatiques de l’Est (ex : Japon ; Corée).


Ces recherches ont permis par exemple de montrer que les Japonais, bien qu’ayant un haut niveau de revenu, ont un très faible niveau de bien-être subjectif, comparé aux occidentaux. Cette différence est expliquée, selon les psychologues sociaux, par une conception différente du soi. Les études comparant les deux cultures ont décris une conception culturelle du soi (Kitayama et Markus, 2000, Suh, 2000).

Les occidentaux sont encouragés à identifier et exprimer les attributs internes les différenciant des autres, à développer une vision positive de soi qui nourrie l’estime de soi, et enfin à évaluer le comportement des autres par des attributions internes (personnalité) et motivationnelles. Dans les cultures individualistes, le bonheur individuel est une importante valeur culturelle et un idéal. Les enfants sont encouragés à exprimer leurs émotions, à être fier de leur réussite, à faire passer leur désir avant celui des autres.

Au contraire, les asiatiques de l’Est sont encouragés à identifier et exprimer ce qui contribue à l’harmonie sociale et s’adaptent à l’opinion des autres. La norme est de développer une attitude humble et critique envers soi-même, mais également d'évaluer le comportement des autres en fonction du contexte social. Dans les cultures collectivisites, le bonheur individuel est une valeur bien moins importante et les enfants sont encouragés à modérer leurs émotions, s’adapter aux besoins des autres, être fier des résultats du groupe et rester humble et critique envers eux-mêmes.

En moyenne, 70 à 80% des occidentaux s’estiment satisfaits par la vie et heureux contre 40% à 50% pour les asiatiques de l’Est (Diener, 1995).

Matthieu Poirot

Expert en qualité de vie au travail, leadership et développement organisationnel 

Expert in Quality of Life at Work, Leadership and Organizational Development 


pour me suivre sur Youtube,  Facebook et sur Twitter 


©Matthieu Poirot,2007-2016.

Sources :

Kitayam, S., Markus, H.R., et Kurokawa, M. (2000), « Culture, emotion, and well-being : Good feelings in Japan and the United States. », Cognition and Emotion, 14, 93-124.

Suh, E. (2000), « Self,the hypen between culture and subjective well-being », dans E.Diener et E. M Suh (Dir.), Culture and subjective well-being (pp. 63-86). Cambridge, MA : MIT Press.

Diener, E. et Diener M. (1995), « Cross-cultural corrélâtes of life satisfaction and self-esteem. », Journal of Personnality and Social Psychology, 68, 653-663.
Enregistrer un commentaire